ENTRÉE GRATUITE
Heures d'ouverture : du mardi au samedi,
de 12 h à 17 h
 

Cliquez ici si vous souhaitez recevoir les invitations par courriel à nos évènements et activités.

Université Bishop's
2600, rue College
Sherbrooke (Québec)
J1M 1Z7   Canada
Tél. : 819 822-9600, poste 2260/2279
Télec. : 819 822-9703
 / antérieures / 2012-2013 / VIDEOTANK #4: MARINA ABRAMOVIć

Expositions

VIDEOTANK #4: Marina Abramović
5 septembre - 12 décembre 2012

Art Must be Beautiful, Artist Must be Beautiful  (Vidéo, 45 min., 1975)

Artiste : Marina Abramovic (New York, USA)

Vernissage : mercredi, le 12 septembre 2012 de 17 h à 19 h

L'exposition est produite par la Galerie d'art Foreman avec l'appui financier du Conseil des arts du Canada.

Art Must be Beautiful, Artist Must be Beautiful (Vidéo, 45 min., 1975) est une performance typique de début carrière de Marina Abramovic. Avec une brosse à cheveux dans une main et un peigne dans l’autre, elle se coiffe aggressivement en répétant la phrase « art must be beautiful, artist must be beautiful ». Nous pouvons entendre la souffrance dans sa voix et lire la peine sur son visage. Le tout est clair: elle se fait mal. Selon l’artiste, l'objectif est de libérer le corps et l’esprit des restrictions imposées par l’occident et de se délivrer de la peur de la douleur physique et de la crainte de la mort. De sa perspective, l’art de la performance peut contester et contourner nos limites physiques et mentales. http://catalogue.nimk.nl  Collection: NIMk (Netherlands Media Art Institute).

Depuis plus de quarante ans, Marina Abramović, née à Belgrade, en Yougoslavie, révolutionne l’art et est une pionnière de l’utilisation de la performance en tant que forme d’art visuel. Se servant principalement du corps comme sujet et mode d’expression, l’artiste séduisante, audacieuse et extravagante dépasse les limites du soi afin d’arriver à une transformation émotionnelle et spirituelle tant d’elle-même que du spectateur. Reconnue pour ses défis artistiques provocateurs et parfois dangereux, elle affirme que la performance devient la vie elle-même, et que la vie devient art. Après des études à l’Académie des beaux-arts de Belgrade au début des années 1970, Abramović collabore avec l’artiste allemand Ulay, de 1975 à 1988. En 1989, elle retourne à des performances individuelles, des installations sonores, photographiques, vidéo et sculpturales dans d’importantes institutions aux États-Unis et en Europe, dont le Stedelijk Van Abbemuseum, à Eindhoven, aux Pays-Bas (1985), le Musée national d’art moderne du Centre Georges-Pompidou, à Paris (1990), la Neue National Galerie, à Berlin (1993), et le Museum of Modern Art, à Oxford (1995). Son travail fait également partie de nombreuses grandes expositions internationales, y compris la Biennale de Venise (en 1976 et 1997) et les documenta 6, 7 et 9, à Cassel en Allemagne (en 1977, 1982 et 1992). En 1995, l’exposition itinérante Objects Performance Video Sound est présentée au Museum of Modern Art, à Oxford, à l’Irish Museum of Modern Art, à Dublin, et à la Fruitmarket Gallery, à Édimbourg. En 1998, Artist Body - Public Body fait une grande tournée et s’arrête, entre autres, au Kunstmuseum et à la Grosse Halle, à Berne, ainsi qu’à La Gallera, à Valence. En 2000, une importante exposition individuelle a lieu au Kunstverein à Hanovre. En 2003, Abramović participe à l’exposition Berlin-Moscou/Moscou-Berlin 1950-2000, inaugurée au Martin-Gropius-Bau à Berlin et dont la tournée se termine à Moscou en 2004 au Musée historique d’État. Toujours en 2004, Abramović expose également à la Whitney Biennial à New York et présente une œuvre importante, The Star, au Musée d’art contemporain de Marugame et au Musée d’art contemporain de Kumamoto, au Japon. Le long-métrage documentaire Marina Abramović The Artist is Present nous fait pénétrer dans son monde, et nous la suivons pendant sa préparation pour ce qui sera peut-être le moment le plus important de sa vie : une rétrospective majeure de son œuvre, au Museum of Modern Art de New York en 2010. En 1997, à la Biennale de Venise, elle reçoit le Lion d’or de la meilleure artiste pour son extraordinaire installation/performance Balkan Baroque‚ et en 2003, un prix Bessie pour The House with the Ocean View‚ une performance de 12 jours à la Sean Kelly Gallery, à New York.

Communiqué de presse