ENTRÉE GRATUITE
Heures d'ouverture : du mardi au samedi,
de 12 h à 17 h
 

Cliquez ici si vous souhaitez recevoir les invitations par courriel à nos évènements et activités.

Université Bishop's
2600, rue College
Sherbrooke (Québec)
J1M 1Z7   Canada
Tél. : 819 822-9600, poste 2260/2279
Télec. : 819 822-9703
 / antérieures / 2014-2015 / VIDEOTANK # 10: LYNDA BENGLIS

Expositions

Videotank # 10: Lynda Benglis
13 janvier - 14 mars 2015

Artiste: Lynda Benglis

Vidéo: The Amazing Bow-Wow (30:07 min., 1976)

Vernissage: mardi le 13 janvier 2015, de 17 h à 19 h

La vidéo The Amazing Bow Wow (1976) est la seule œuvre de Lynda Benglis contenant une intrigue perceptible, et qui raconte la tragique aventure d’un chien hermaphrodite doué de parole, nommé Bow Wow. Bow Wow participe à un numéro de foire et appartient à deux producteurs, Rexina et Babu, qui utilisent le chien comme attraction pour faire fortune. La relation entre le chien et ses propriétaires se complique lorsque ces derniers découvrent que Bow Wow sait parler et qu’il fait preuve d’une vive intelligence, suscitant leur affection, une relation sexuelle subséquente avec Rexina et la jalousie de Babu. Cette jalousie de Babu envers la relation de Rexina et de Bow Wow se solde par la tentative de Rexina de castrer le chien, une nuit; or, sans le vouloir, elle lui coupe plutôt la langue. La tête du chien devient grotesque et squelettique, détruisant ainsi le rêve du couple de faire fortune grâce au numéro de Bow Wow. Dans The Amazing Bow Wow, Benglis parodie le complexe d’Œdipe traditionnel, comme commentaire sur la position morale du talent (y compris des artistes) dans la société et la façon dont ceux qui ont du talent sont souvent exploités. Également, cette œuvre féministe fondamentale met en question les notions de genre et de sexualité, proposant une approche plus souple quant à l’identité sexuelle et à la définition des genres.

Biographie : Née en 1941, en Louisiane, Lynda Benglis pratique son art, principalement la sculpture, depuis plus de quatre décennies. Dès ses débuts, Benglis a été une pionnière de l’art vidéographique féministe, introduisant l’autoreprésentation, la sexualité, le regard et l’identité féminine dans ce genre artistique, dominé par les hommes à l’époque. Elle est surtout connue pour la célèbre publicité qu’elle a placée dans la revue Artforum, en 1974, où elle ne pose qu’avec des lunettes de soleil et un godemiché placé stratégiquement. En 1964, Benglis a obtenu son baccalauréat en beaux-arts du Newcomb College, qui, à ce moment-là, était l’université pour les femmes de la Nouvelle-Orléans. Depuis le début des années 1970, elle a présenté des expositions solo à la Cheim & Read de New York, à la Texas Gallery de Houston, à la Locks Gallery de Philadelphie, à l’Irish Museum of Modern Art à Dublin, en Irlande, au New Museum de New York et à la Karpathos Gallery à Athènes, en Grèce. Benglis a également participé à des expositions de groupe internationales, comme « Arte Provera and anti-Form » au Tate Modern de Londres (R.-U.), « Multiplex: Directions in Art: 1970 to Now » au Museum of Modern Art de New York (2007) et « WACK! Art and the Feminist Revolution » qui s’est déplacée, entre 2007 et 2009, jusqu’à des institutions telles que le Museum of Contemporary Art à Los Angeles, le National Women’s Museum à Washington, D.C. et la Vancouver Art Gallery de Vancouver, au Canada. Depuis les années 1960, Benglis a reçu de nombreux prix, dont celui du National Endowment for the Arts, une bourse du Guggenheim et un doctorat honorifique du Kansas City Art Institute. Son œuvre fait partie de bon nombre de collections publiques comme la National Gallery of Victoria (Australie), le Museum of Modern Art (New York), le Solomon R. Guggenheim Museum (New York) et le Tate Modern (Londres, R.-U.). Benglis est actuellement représentée par la Cheim & Read de New York, où elle vit et travaille.

La série d’art vidéo intitulée Vidéotank montre le travail haut calibre d’artistes canadiens et internationaux, dans un espace dédié à l’intérieur de la Galerie d’art Foreman.  

Une production de la Galerie d’art Foreman avec l’appui du Conseil des arts du Canada